Les outils de retouche graphique

– L’outil Correcteur localisé est assez incroyable. Il va corriger les tons de la zone cliquée en cherchant directement autour, la matière nécessaire à la correction. Vous avez un grain de beauté ou une ride que vous aimeriez retirer de l’image ? Rien de plus simple, cliquez simplement dessus avec le Correcteur localisé, Photoshop le retirera pour vous ! Même des détails plus gros peuvent disparaître, les yeux de Clem’ en ont fait les frais.

– L’outil Correcteur est tout aussi incroyable. Non seulement il permet de dupliquer une zone, mais en plus de modifier cette copie pour que ses tons s’adaptent à son environnement. En gros imaginez-vous dupliquer de gros boulons sur une pièce de métal, si vous les dupliquez sur une partie éclairée, les tons de la copie vont s’éclaircir afin de mieux se fondre dessus. Au contraire, si vous dupliquez les boulons sur un fond sombre, l’outil Correcteur va assombrir la copie, tout cela automatiquement !

Tout d’abord sélectionnez l’outil dans la barre d’outil puis laissez appuyé ALT, cela change le curseur en un viseur qui va nous permettre de sélectionner la zone a dupliquer.

Cliquez sur les yeux de Clem’ pour l’indiquer comme zone source. Vous pouvez alors relâcher ALT et peindre à coté de Clem’. Sur la deuxième image de la figure suivante, vous pouvez observer le résultat obtenu une fois le bouton de la souris relâché. Le Correcteur adapte la copie au fond clair.

– L’outil Pièce est similaire dans ses résultats aux outils précédents, vous pouvez encercler la bouche de Clem’, puis déplacer cette zone vers la source devant remplacer sa bouche . Comme à la figure suivante, en allant vers le bas, sa bouche est remplacée par le contenu indiqué.

L’outil Pièce permet de retirer des panneaux de signalisation dans une rue ou même d’allonger un bâtiment. Pratique si vous avez besoin d’une image pour un dessin ou un matte painting.

(Matte painting : image constituée d’un assemblage de photos raccordées entre-elles, sans que les transitions soient visibles. Utilisé couramment dans les films et séries.)

– L’outil Déplacement basé sur le contenu permet lui un déplacement d’un bout d’une image (par exemple un poteau dans une rue). Photoshop va alors tenter de corriger automatiquement l’emplacement initial qui contenait le bout déplacé, afin de l’adapter au contenu environnant. Un outil certes puissant mais qui peut nécessiter des retouches.

– Le populaire outil œil rouge a été créé pour les flemmards ! Sélectionnez l’œil à corriger et Photoshop enlèvera la teinte rouge mais… ne donnera jamais la bonne couleur à l’œil, n’étant pas devin. Pour cela, c’est à vous de le faire avec d’autres outils de Photoshop tel que « Image / Réglages / Niveau » qui lui offre un total contrôle sur ce que vous faites.

– L’outil Pinceau permet tout simplement de peindre sur votre image. C’est celui dont vous vous servirez le plus en peinture numérique. À la figure suivante, Clem’, qui n’aime pas qu’on lui gribouille le visage !

Vous pouvez changer la couleur avec le sélecteur de couleur qui se trouve en bas de la barre d’outil. Vous pouvez aussi changer la taille du pinceau en haut de l’interface, dans la barre d’option, ou en cliquant avec le bouton droit sur votre image. Cela fait apparaitre un menu contextuel visible à la figure suivante.

Il vous permet de changer la forme du pinceau, son épaisseur et sa dureté. La « dureté » concerne les bords du pinceau : plus le pinceau est dur, plus les contours de son trait sont nets et vice versa.

En haut de l’interface de Photoshop, dans la barre d’option du pinceau, vous pouvez activer à droite du flux la fonction Aérographe. Plus vous restez au même endroit, plus la couleur s’intensifie simulant une bombe de peinture sur laquelle on appuierait.

– L’outil Crayon est moins utilisé pour dessiner et peindre, à moins de faire du pixel art. Contrairement à l’outil Pinceau il ne permet pas de beaux contours en biseau mais réalise des contours pixellisés. Son avantage étant de pouvoir dessiner pixel par pixel.

  Si jamais le viseur qui vous permet de peindre est une croix au lieu du cercle habituel, allez dans « Préférence / Curseur » et indiquez « Pointe standard » au lieu de « précis ». Ce qui arrive également assez souvent c’est d’avoir la touche Shift Lock activée. Il vous suffit de la désactiver pour retrouver le curseur par défaut.

– L’outil Remplacement de couleur permet de changer la couleur d’une image en peignant simplement dessus. Comme à l’image suivante, où en choisissant dans le sélecteur de couleur un bleu, il ne reste plus qu’à peindre pour transformer Clem’ en Schtroumpf. Un outil que je n’ai jamais utilisé, car il modifie irréversiblement votre image. Il vaut mieux se servir des calques de réglages pour changer la colorimétrie de votre image. Nous y reviendrons.

– L’outil Pinceau mélangeur peut être utilisé en peinture numérique. Il permet comme son nom l’indique de peindre tout en mélangeant la couleur appliquée avec celle déjà présente sur votre toile.

– L’outil Tampon de duplication est similaire à l’outil Correcteur que nous avons vu plus tôt. Lui aussi nécessite de choisir une zone source (avec ALT) pour la dupliquer où bon vous semble. La différence est qu’il n’appliquera pas de modifications de luminosité et d’intégration à ces zones dupliquées. Il les dupliquera fidèlement à leur état d’origine. Nous voilà à la figure suivante avec une Clem’ extraterrestre ! Drôle de Clem’ ! ;)

– L’outil Tampon de motif. Sur l’image suivante il a été appliqué à gauche, avec un motif par défaut de Photoshop.À droite avec un motif que j’ai créé. Pour cela, sélectionnez le motif désiré (j’ai pris ici les yeux de Clem’ grace à l’outil Rectangle de sélection), copiez-le dans une nouvelle image :

« Edition/Copier » puis « Fichier/Nouveau » , et enfin « Édition/Coller », puis allez dans le menu « Édition/Utiliser comme motif ». Vous n’avez plus qu’à nommer votre motif et à le réutiliser à volonté.