Les outils de retouche graphique 02

– Les outils Forme d’historique et Forme d’historique artistique permettent de récupérer une partie de l’image telle qu’elle était à l’origine ou à une étape de son historique. Plus besoin de tout annuler, vous peignez seulement là où vous souhaitez récupérer une version antérieure ! Par exemple, après avoir dessiné des lunettes à Clem’, l’outil Forme d’historique va permettre de peindre sur l’image pour annuler cette étape, mais seulement à des endroits précis !

Si vous avez réalisé plusieurs modifications sur une image, vous pouvez très bien choisir l’étape que vous souhaitez faire réapparaitre. Pour cela affichez l’historique de votre image en allant dans le menu « Fenêtre / Historique ». Cette fenêtre contient toutes les étapes de votre image. À coté de chaque étape se trouve un petit carré que l’on peut activer pour afficher l’icône de notre outil Forme d’historique. On indique ainsi à Photoshop que c’est sur cette étape que l’on souhaite y récupérer des informations.

L’outil Forme d’historique artistique fonctionne de la même manière, à un « petit » détail prêt. Si par exemple on recouvre entièrement de blanc Clem’, avec l’outil Forme d’historique artistique, on va ensuite récupérer son état initial en y appliquant de surcroit, un effet « artistique ».

Je dois vous avouer que je trouve ces deux outils un peu gadget. En étant organisé il n’y a pas besoin d’aller perdre du temps à trifouiller dans l’historique. Mais peut-être y trouverez-vous une utilisation spécifique et originale ?

– L’outil Gomme vous sera certainement très utile ! À noter que le motif composé de petits carrés gris et blancs correspond à de la transparence, comme si l’on avait découpé au cutter une zone de l’image, laissant apercevoir ce qu’il y a derrière. En l’occurrence ici il n’y a pas autre chose à voir en dessous, si bien que Photoshop utilise ce motif pour nous indiquer que cette zone est transparente.

– L’outil Gomme d’arrière plan se révèle très pratique. Photoshop va supprimer tous les pixels qui ressemblent à celui sur lequel vous venez de cliquer, laissant intact ceux qui s’en éloignent. Le nom de cet outil vient de son utilisation la plus courante, qui va être de nous faciliter le détourage d’une image pour en remplacer l’arrière plan. À condition qu’elle soit sur un fond plus ou moins uni, autrement Photoshop ne saura pas différencier ce que vous souhaitez conserver de ce que vous souhaitez effacer.

À la figure suivante, un simple passage le long de Clem’ va effacer le fond blanc sans prendre en compte si la gomme déborde sur Clem’. Il n’y a même plus besoin de prendre le temps d’être précis pour ne pas effacer par mégarde l’image, Photoshop s’en charge à votre place !

– L’outil Gomme magique porte bien son nom. D’un seul clic elle va effacer toute une zone de l’image. À gauche le fond, à droite les feuilles de Clem’ !

– L’outil Dégradé permet de réaliser différents types de dégradés que vous pouvez spécifier dans sa barre d’option. Vous pouvez y choisir ses couleurs et appliquer le dégradé en maintenant votre clic puis en glissant sur le coté.

– L’outil Pot de peinture permet de remplir une zone avec la couleur choisie, Photoshop arrêtant le remplissage aux contours de cette zone. Il est utilisé pour remplir de couleur les dessins aux contours fermés. Pour ma part, je préfère dessiner avec des contours ouverts, ce qui ajoute à la gestuelle. Du coup le pot de peinture me remplirait toute l’image de couleur, si bien que j’utilise très rarement cet outil. Tout dépend donc de votre méthodologie.

– Les outils Goutte d’eau, Netteté, et Doigt, vont permettre respectivement de flouter une image comme si une goutte d’eau y était tombée, de rendre l’image plus nette, ou d’étaler l’image comme si l’on passait son doigt sur une peinture encore fraiche. L’outil doigt peut avoir une grande utilité en peinture. Mais tout cela dépend de votre méthodologie et de votre style de dessin.

– Les outils Densité – et + permettent d’agir sur les tons de l’image en les éclaircissant avec la densité – et en les obscurcissant avec la densité +. Leur avantage est de pouvoir choisir dans la barre d’option, si vous souhaitez agir sur les tons clairs, moyens, ou foncés. Vous pouvez alors peindre précisément au pinceau les zones à modifier, sans risquer de modifier les tons non souhaités, l’outil n’agira pas dessus !

– L’outil Éponge va soit saturer, soit désaturer la zone de l’image sur laquelle vous appliquez l’outil. Pourquoi pas … mais autant utiliser des calques de réglages couplés à des masques de fusion pour faire cela de manière non destructive. Encore une fois, on y reviendra en détail. Gardez simplement cette information dans un coin de votre tête, pour vous habituer à toujours privilégier les bonnes méthodologies de Photoshop…