En dessin numérique, pour orienter le choix de vos outils il y a une distinction importante à faire : celle d’image matricielle (bitmap) et d’image vectorielle.

Les images matricielles sont constituées de pixels mis côte à côte afin de constituer les détails d’une image. Le souci des images bitmap est de ne pouvoir les agrandir après leur création sans que cela nuise à leur qualité. Là est l’avantage des images vectorielles, elles sont sans cesse recrées à partir de courbes mathématiques si bien qu’il n’y a pas de perte de qualité, quelque soit leurs tailles !

Néanmoins, les images vectorielles ne peuvent pas gérer des images trop complexes au rendu photographique, elles sont donc utilisées pour des logos ou des images assez simples. Vous pouvez aussi vous servir du vectoriel et de l’outil plume pour dessiner ou encrer un dessin préexistant.

Utilisez la plume pour vectoriser vos dessins

Vous pourriez très bien dessiner dès le départ avec la plume mais pour que ce soit plus simple, vous allez partir d’un dessin. Il vous permettra de vous concentrer uniquement sur la découverte de l’outil plume.

→ TÉLÉCHARGEZ LE FICHIER SOURCE

→ TÉLÉCHARGEZ LE FICHIER FINAL

Dans la barre d’option de l’outil Plume, cliquez sur la petite flèche pour faire apparaitre un onglet vous permettant d’afficher le déplacement. Ainsi une prévisualisation de votre tracé suivra le curseur de votre souris. Cochez également « Ajout/Suppr. auto », cela vous permettra d’ajouter ou de supprimer des points d’ancrage sur votre tracé.

Vous pouvez tester le fonctionnement de la plume en cliquant à plusieurs endroits sur votre image. Si vous cliquez vous obtenez une droite, si vous maintenez votre clic vous aurez une courbe.

Comment placer correctement les points d’ancrage ? Tout d’abord il vous faut en créer le moins possible pour faciliter d’éventuelles retouches. Vous pouvez placer un point d’ancrage à chaque changement d’inflexion de votre contour, comme le montre la figure suivante.

Pour modifier vos courbes pendant la création de votre tracé, il suffit de maintenir la touche CTRL pour basculer à l’outil Sélection de tracé. Ainsi vous pouvez déplacer vos points, les segments entre deux points, ou attraper les poignées de chaque point pour en rectifier les tangentes, relâcher CTRL, et continuer votre tracé.

Si vous maintenez ALT, vous basculez à l’outil Conversion de point. Il vous permet en cliquant sur un point d’avoir des segments rectilignes ou en courbe, et de pouvoir désolidariser les deux cotés d’une tangente. Pratique pour réaliser un tracé en dent de scie comme pour dessiner des mèches de cheveux. Ces raccourcis claviers sont indispensables pour un travail efficace à la plume.

  Un exercice pratique pour vous entrainer à faire des tracés est de vectoriser votre écriture. Un bon exemple pour apprendre à gérer différentes courbes.

Nous allons maintenant passer aux tracés du dessin. Le menu « Fenêtre / Tracés » affichera la liste des différents tracés dessinés. Sachant que toutes les lignes de votre dessin peuvent être contenues dans un seul tracé, ou divisées en plusieurs.

Nous allons créer plusieurs tracés, cela nous donnera plus de flexibilité pour ajouter des contours de différentes épaisseurs. Comme vous pouvez le voir à la figure suivante, nous en créons un bon nombre ! Vous pouvez vous référer au fichier source pour en avoir la liste totale.

  Si vous commencez à dessiner à la plume sans avoir créé un tracé au préalable, Photoshop en crée un nommé « Tracé de travail ». Celui-ci est temporaire et sera perdu si vous commencez un nouveau tracé. Sauf, si vous le mémorisez en double-cliquant dessus.

Il ne vous reste plus qu’à remplir chaque tracé avec un contour réalisé à la plume. Prenez soin de sélectionner le tracé souhaité avant d’appliquer la plume sur votre dessin. Pour terminer un tracé, appuyez sur [ENTER].

À la figure suivante vous pouvez voir comment j’ai divisé les tracés. Il n’y a pas de règle absolue en la matière, d’autres choix auraient pu être pris.

Je me suis permis quelques retouches sur le dessin pour le rendre plus sympathique et préciser les masses musculaires du cou. Une fois vos tracés terminés, il ne vous reste plus qu’à ajouter les contours !